365 Jours au Galop

Les turfistes Lorrains


Nullement surpris...

Comme les portes monnaies ne sont pas extensibles  ( sujet de républicain Lorrain)

 

lorrain.jpg


08/05/2015


Les turfistes lorrains jouent..mais moins



Les turfistes lorrains, dont 40 % sont des femmes, sont toujours aussi nombreux à parier. Mais la mise a baissé. Crise oblige. Avant une année 2010 déterminante, le PMU assure contrôler la situation.

Le pari hippique, contrairement aux jeux de pur hasard tel que le Loto, est impacté par la crise économique.

DOSSIER

 « Le turfiste ne renonce pas aux courses, mais il a tendance à réduire le montant de l’acte d’achat », confirme Crystel Arnould, directrice de la région Nord-Est. En Lorraine, par exemple, le « panier moyen » est tombé à 11 €. «  Aux courses, on n’est pas dans le rêve de milliardaire, on est dans la vraie vie », poursuit la jeune femme originaire des Vosges. La Lorraine est l’illustration parfaite de cette réalité. La région la plus touchée par les destructions d’emplois consécutives à la crise financière est aussi la région française où la chute du chiffre d’affaires du PMU est la plus importante. En Lorraine, le montant des paris effectués dans les points de vente en 2009, qui représentent plus de 92 % du chiffre d’affaires, a baissé de 4 % par rapport à l’année précédente. Il était de 274,7 M€ en 2008, il est de 263,5 M€ en 2009, soit près de 11 M€ de perte. Au niveau national, le chiffre d‘affaires a résisté à la morosité ambiante. Il a même marqué une progression de 0,4 % sur un marché français des jeux et paris en baisse de 1,6 %.

Pour le premier trimestre 2010 en Lorraine, les signes de réveil économique se retrouvent chez les turfistes qui reprennent leurs habitudes et ont enrayé la chute.

La Moselle en locomotive

Le PMU, numéro un européen et numéro deux mondial, des paris hippiques ne tremble pas devant la conjoncture tant ces derniers sont ancrés dans les habitudes. En France, le PMU compte 6,5 M€ de clients, plus de 2 milliards de paris traités, 10 400 points de vente et un résultat net de 731 M€. «  Pour 100 tickets joués, treize sont gagnants. En 2009, 6,9 milliards d’euros ont été redistribués sous forme de gains, soit un taux de retour aux parieurs de 74,8 % », énonce Crystel Arnould.

La Lorraine, en dépit de ses difficultés, reste une région hippique, avec la Moselle comme locomotive.

Cette dernière représente en 2009 un chiffre d’affaires de 147,3 M€, soit une baisse de 5,6 % par rapport à 2008. Elle est loin devant la Meurthe-et-Moselle (71,9 M€, -2,4 %), les Vosges (31,3M€, +2,1 %) et la Meuse (13 M€, -9,2 %).

La région a perdu vingt points de vente, genre bar-PMU. Onze seulement ont été remplacés. Cette perte a été compensée par 24 nouveaux établissements, essentiellement des boutiques qui n’ont pas la convivialité du café. La région se caractérise par des points de vente parmi les plus disponibles de France, avec 342 jours d’ouverture sur l’année.

La région compte, enfin deux hippodromes à Nancy-Brabois et Vittel. Le premier accueille sur l’année 14 réunions dont 8 nationales et un quinté plus (le 7 septembre). Le second organise 11 réunions réparties de juin à aoüt.


01/05/2010


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser