365 Jours au Galop

Jockeys,Commissaires


Voila un probleme..

Le 29 janvier à Pau,ARNAUD DUCHENE,coupable d'avoir "posé les mains" a quelques mètres du poteau et d'avoir perdu d'un nez la troisième place du quinte ,est convoqué chez messieurs les commissaires.
Le verdict est le suivant : 1000€ d'amende et 15 jours de mise à pied.Arnaud perd son calme devant les juges ,car la sanction selon lui est disproportionné ,il reçoit 15 jours de mises a pieds supplémentaires suite a son comportement jugé " irrespectueux"

La question est la suivante:

La sanction infligée a ce jockey est-elle raisonnable?

Je rejoins les écrits d'un journaliste qui sont les suivants :

Est-il acceptable, en 2010, d'empêcher quelqu'un en bonne santé de travailler
en lui prenant au passage l'équivalent de son salaire mensuel ?

Non, évidemment.

Les commissaires palois affirment que
"les parieurs étaient lésés, il est de notre devoir de réagir".
Soit, mais dans les compétitions suivantes de cette journée,
Edouard LACAILLE (premier), David BERRA (deuxième, battu de fort peu) et
Ramuntcho MAILLOT (septième d'un Multi) ont été mis à l'amende pour avoir donné un ou deux coups de cravache de trop les films en attestent. Ce faisant, ne défendaient-ils pas l'argent des parieurs, comme le font tous les jockeys dans une arrivée serrée ?

100 euros, 200 euros, 400 euros... les amendes pleuvent, tout
particulièrement - mais pas seulement - pour "usage abusif de la cravache" et
le phénomène n'est pas réservé à Pau.

Il y a un très fort décalage entre le montant de ces amendes et l'espérance de gain
quand la société mère verse 13,57 euros à un jockeys "provincial"
pour une monte perdante en plat (plus, environ , 20 euros à toucher en fin d'année
et 10 pour sa retraite), le niveau des sanctions évoquées ci-contre devient intolérable.

Vous connaissez des métiers où, après avoir fait le spectacle en prenant des risques
pour votre vie, vous quittez la scène en ayant une ardoise ?

Tout le monde n'est pas une star dans un peloton. Pour SOUMILLON, MENDIZABAL ou LEMAIRE, payer 400, voire 1.000 euros, ce n'est pas le même sacrifice,
donc ce n'est pas la même sanction que pour un jockey lambda.
100,200,a fortiori 1.000 euros, c'est énorme pour des gars quasiment smicards.
Les commissaires sont-ils arc-boutés sur l'application du Code, et estiment-ils ne pas avoir à l'appliquer au cas par cas ? Ils ont tort. En droit, cela s'appelle la personnalisation des peines. Et cela se pratique tous les jours dans tous les tribunaux.
Mais, s'il faut en passer par une révision du Code et de l'échelle des peines,
allons-y réformons et modernisons.

ET, VOUS ? QU'EN PENSEZ-VOUS ?

14/02/2010


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser